Flux RSS

Critique de VVVVVV, une perle de la plateforme 2D

Publié le

VVVVVV est un jeu développé par Terry Cavanagh avec une bande-son composé par Magnus Pålsson. Il est disponible sous Windows et Mac OS X (ce qui m’a permit de pouvoir jouer à cette petite perle :3).

Donc VVVVVV est un jeu qui se joue en solo, c’est de la plateforme 2D en gros. Mais pas n’importe quel type de plateforme 2D. Ici on contrôle le Capitaine Viridian, perdu dans une autre dimension, à la recherche de l’équipage de son vaisseau spatial. Le pitch est donné, le scénario n’est pas vraiment existant mais c’est voulu à la manière d’un bon vieux Mario (The princess is in another castle !). Il y a en tout 5 membres d’équipages à chercher Vermilion, Violet, Verdigris, Vitellary et Victoria, d’où le titre du jeu ( 6 fois V en comptant le capitaine).

La première chose qui saute aux yeux lorsque l’on lance le jeu, ce sont ses graphismes. Tout est très simple, pixelisé, flashy à la manière des jeux 8-bit qui ont marqués la plupart des joueurs. On a le droit à des moments assez psychédéliques qui font bien délirés, surtout couplés à la musique du jeu que je trouve énorme, dont je parlerai sous peu.

Ce qui est vraiment intéressant dans ce jeu, c’est son gameplay. Rien de bien farfelu en apparence : on se déplace avec les flèches mais on ne peut pas sauter. A la place, la touche « Action » (spacebar ou flèche du haut par exemple) permet d’inverser la gravité. Et donc notre petit capitaine se retrouve la tête en bas assez régulièrement.

Il y a deux grandes phases dans ce jeu, la première est une partie d’exploration entre les différents tableaux, et la deuxième est composée justement de ces tableaux. Ces tableaux, ou « niveaux » sont un enchaînement d’épreuves plutôt coriaces qui vont mettre à l’épreuve votre skill, vos réflexes. Et autant dire que certains passages sont à vous arracher les cheveux. Mais heureusement, Mr. Cavanagh a pensé à tout, le jeu est agrémenté de nombreux checkpoints qui sont sur votre chemin très régulièrement tout le long du jeu. De plus, c’est du « Die & Retry » comme on dit, après être mort, notre personnage réapparaît automatiquement au dernier checkpoint qui est généralement collé à l’épreuve. Heureusement, pendant la partie exploration, on peut très facilement ouvrir une carte avec la touche Entrée qui nous aidera à ne pas nous perdre (ce qui m’est arrivé plus d’une fois :3).

Les épreuves des différents niveaux sont toutes bien pensées et de qualité, elles utilisent toutes la gravité d’une manière ou d’une autre avec quelques petits ajouts bien sympathiques à chaque tableau. Par exemple, des sortes de lasers que l’on touche peuvent inverser la gravitation lors d’une chute, ou bien l’on peut passer de l’autre côté de l’écran en allant à son extrémité. C’est assez compliqué à expliquer vu l’originalité du jeu mais on est toujours bluffé par ces idées bien pensées. Attendez-vous quand même à mourir BEAUCOUP de fois (sachant que je suis mort plus de 300 fois juste sur la dernière mini-épreuve du jeu « The Finale Challenge »).

Il est difficile de lâcher le jeu au milieu d’un tableau, puisque le côté « Die & Retry » nous pousse à recommencer l’épreuve à chaque fois. En clair, on n’est pratiquement jamais frustré grâce au fait de revivre automatiquement à côté de l’épreuve grâce à tous les checkpoints. On ressent même une fierté lorsque on a traversé une épreuve qui nous a embêté précédemment, fierté qui va en grandissant par rapport à la difficulté des tableaux.

Passons aux musiques ! Un des points que j’adore le plus dans le jeu. C’est complètement ambiance 8-bit et ça correspond parfaitement à l’esprit déjanté du jeu. Aussi, ce ne sont que des chiptunes, vous en rencontrerez 10 durant le jeu et une des plus énormes selon moi est « Potential for Anything » que vous pouvez écouter ci-dessous. Si vous accrochez à l’ambiance rétro du titre, vous allez adorer.

Concernant la durée vie, elle n’est pas énorme mais le rapport durée/prix est pas mal du tout je trouve et si en plus on prend en compte la qualité du titre, c’est un MUST-HAVE. Donc, VVVVVV dure environ 5 heures si vous retournez les tableaux et explorez tous les recoins de la map. Vous pourrez le trouver sur le Mac App Store pour 4€ pour les utilisateurs de Mac comme moi (ENFIN UN BON JEU QUI TOURNE SUR NOS MACHINES) et sur Steam à 5€.

En conclusion, VVVVVV est une perle de la plateforme qui ravira sûrement les gamers qui veulent de la difficulté tout de suite et sans concession ainsi que les amateurs de jeux rétro et de plateforme. A noter que le jeu est uniquement en Anglais mais il n’y a pas grand chose à comprendre et ce n’est pas très gênant. Un must-have de mon point de vue que je conseille à tous.

Publicités

À propos de LauKade

Je suis un mec un peu spé qui joue de la guitare, geek sur les bords et touche à tout. Je joue pas mal aux jeux vidéo sinon et j'aime le fanta orange.

Une réponse "

  1. Pingback: La 2D n’est pas morte ! « We Are Bisounours Gamers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :