Flux RSS

Archives de Catégorie: Tests

Critique de VVVVVV, une perle de la plateforme 2D

Publié le

VVVVVV est un jeu développé par Terry Cavanagh avec une bande-son composé par Magnus Pålsson. Il est disponible sous Windows et Mac OS X (ce qui m’a permit de pouvoir jouer à cette petite perle :3).

Donc VVVVVV est un jeu qui se joue en solo, c’est de la plateforme 2D en gros. Mais pas n’importe quel type de plateforme 2D. Ici on contrôle le Capitaine Viridian, perdu dans une autre dimension, à la recherche de l’équipage de son vaisseau spatial. Le pitch est donné, le scénario n’est pas vraiment existant mais c’est voulu à la manière d’un bon vieux Mario (The princess is in another castle !). Il y a en tout 5 membres d’équipages à chercher Vermilion, Violet, Verdigris, Vitellary et Victoria, d’où le titre du jeu ( 6 fois V en comptant le capitaine).

La première chose qui saute aux yeux lorsque l’on lance le jeu, ce sont ses graphismes. Tout est très simple, pixelisé, flashy à la manière des jeux 8-bit qui ont marqués la plupart des joueurs. On a le droit à des moments assez psychédéliques qui font bien délirés, surtout couplés à la musique du jeu que je trouve énorme, dont je parlerai sous peu.

Ce qui est vraiment intéressant dans ce jeu, c’est son gameplay. Rien de bien farfelu en apparence : on se déplace avec les flèches mais on ne peut pas sauter. A la place, la touche « Action » (spacebar ou flèche du haut par exemple) permet d’inverser la gravité. Et donc notre petit capitaine se retrouve la tête en bas assez régulièrement.

Il y a deux grandes phases dans ce jeu, la première est une partie d’exploration entre les différents tableaux, et la deuxième est composée justement de ces tableaux. Ces tableaux, ou « niveaux » sont un enchaînement d’épreuves plutôt coriaces qui vont mettre à l’épreuve votre skill, vos réflexes. Et autant dire que certains passages sont à vous arracher les cheveux. Mais heureusement, Mr. Cavanagh a pensé à tout, le jeu est agrémenté de nombreux checkpoints qui sont sur votre chemin très régulièrement tout le long du jeu. De plus, c’est du « Die & Retry » comme on dit, après être mort, notre personnage réapparaît automatiquement au dernier checkpoint qui est généralement collé à l’épreuve. Heureusement, pendant la partie exploration, on peut très facilement ouvrir une carte avec la touche Entrée qui nous aidera à ne pas nous perdre (ce qui m’est arrivé plus d’une fois :3).

Les épreuves des différents niveaux sont toutes bien pensées et de qualité, elles utilisent toutes la gravité d’une manière ou d’une autre avec quelques petits ajouts bien sympathiques à chaque tableau. Par exemple, des sortes de lasers que l’on touche peuvent inverser la gravitation lors d’une chute, ou bien l’on peut passer de l’autre côté de l’écran en allant à son extrémité. C’est assez compliqué à expliquer vu l’originalité du jeu mais on est toujours bluffé par ces idées bien pensées. Attendez-vous quand même à mourir BEAUCOUP de fois (sachant que je suis mort plus de 300 fois juste sur la dernière mini-épreuve du jeu « The Finale Challenge »).

Il est difficile de lâcher le jeu au milieu d’un tableau, puisque le côté « Die & Retry » nous pousse à recommencer l’épreuve à chaque fois. En clair, on n’est pratiquement jamais frustré grâce au fait de revivre automatiquement à côté de l’épreuve grâce à tous les checkpoints. On ressent même une fierté lorsque on a traversé une épreuve qui nous a embêté précédemment, fierté qui va en grandissant par rapport à la difficulté des tableaux.

Passons aux musiques ! Un des points que j’adore le plus dans le jeu. C’est complètement ambiance 8-bit et ça correspond parfaitement à l’esprit déjanté du jeu. Aussi, ce ne sont que des chiptunes, vous en rencontrerez 10 durant le jeu et une des plus énormes selon moi est « Potential for Anything » que vous pouvez écouter ci-dessous. Si vous accrochez à l’ambiance rétro du titre, vous allez adorer.

Concernant la durée vie, elle n’est pas énorme mais le rapport durée/prix est pas mal du tout je trouve et si en plus on prend en compte la qualité du titre, c’est un MUST-HAVE. Donc, VVVVVV dure environ 5 heures si vous retournez les tableaux et explorez tous les recoins de la map. Vous pourrez le trouver sur le Mac App Store pour 4€ pour les utilisateurs de Mac comme moi (ENFIN UN BON JEU QUI TOURNE SUR NOS MACHINES) et sur Steam à 5€.

En conclusion, VVVVVV est une perle de la plateforme qui ravira sûrement les gamers qui veulent de la difficulté tout de suite et sans concession ainsi que les amateurs de jeux rétro et de plateforme. A noter que le jeu est uniquement en Anglais mais il n’y a pas grand chose à comprendre et ce n’est pas très gênant. Un must-have de mon point de vue que je conseille à tous.

Critique de L.A Noire, un renouveau du genre

Publié le

Dans L.A Noire, développé par la Team Bondi avec par la suite l’aide de Rockstar Games, nous incarnons Cole Phelps, ex-lieutenant revenu à Los Angeles avec une médaille et un paquet de souvenirs. Le principe est simple, on commence tout en bas de l’échelle pour monter en grade dans les rangs de la L.A.P.D et pour cela il faut résoudre un bon nombre d’enquêtes dans une ambiance de polar noir.

Il faut être clair, ce jeu, malgré le logo orange au grand R dans le coin inférieur droit, n’est pas un GTA-like. C’est plus un mélange de point n’ click, d’aventure et de monde ouvert.

Pour résoudre les enquêtes qui nous feront face durant tout le jeu, il faudra trouver des indices sur le lieu du crime qui nous mèneront à d’autres lieux en rapport avec la victime et ses présumés agresseurs où il faudra trouver d’autres indices tout en interrogeant les personnes qui pourraient avoir des réponses. Vous me suivez ? Ces interrogatoires sont très intéressants grâce à leur fonctionnement atypique : A chaque déclaration de l’interrogé nous avons trois choix, la « Vérité », c’est-à-dire le croire, le « Doute », mettre en doute ce qu’il dit et dernièrement le « Mensonge » où il faudra cette fois donner une preuve à partir des indices collectés. Mais comment savoir quel choix prendre ? Le comportement et les expressions du suspect et/ou témoin sont la réponse. En effet, grâce au travail bluffant du Motion Scan, technique utilisée pour la capture des visages des acteurs, on s’y croit réellement même si c’est parfois légèrement surjoué.

Il arrive parfois d’être confronté à des phases d’actions entre la recherche d’indices et les interrogatoires (et bien sûr les déplacements en véhicules entre les différents lieux). Ces phases d’actions sont soit intégrées directement à l’enquête, soit sous la forme de « délits » qui ne sont pas liés à la trame mais toujours sympas à résoudre sur le chemin entre deux endroits. Il y principalement 3 types de phases d’action : la course poursuite à pied, la course poursuite en voiture et la fusillade. La course poursuite à pied est assez basique, vous appuyez sur le bouton pour courir et Cole Phelps fait tout à votre place, il suffit juste de suivre négligemment votre suspect et ça se finira généralement par un placage ou un coup de feu. Noter qu’une de mes plus grandes frustrations dans ce jeu est de ne pas pouvoir blesser juste le suspect pour le ralentir mais qu’il faut absolument l’abattre même si on tire dans la jambe (NE MEURTS PAS PETIT ESCROC, JE VOULAIS JUSTE T’ARRÊTER). La course poursuite en voiture, quant à elle, est totalement scriptée. La plupart du temps, il faudra juste suivre l’autre voiture jusqu’à ce qu’elle se prenne un mur/tramway/voiture/obstacle et qu’elle s’arrête. La fusillade est banale,  on peut ramasser les armes des personnes que l’on abat jusqu’à qu’on soit à court de munitions mais on restera généralement avec son petit .45 avec munitions illimitées.

Venons-en à l’ambiance, la cité des anges dans les années 40… C’est juste énorme. Personnellement je m’y suis pris complètement, les décors sont beaux malgré un peu d’aliasing et de clipping, je ne suis pas très pointilleux sur le côté technique des graphismes en général mais c’est toujours bon de le noter, la bande-son bien que classique nous transporte complètement et on se surprend à faire durer des trajets en voitures plus longtemps pour en profiter (hu hu hu). Sinon, je suis fan du fait de pouvoir changer de costume (j’adore les costumes :3 ) et je me suis bien amusé à en changer régulièrement (surtout qu’ils sont conservés lors des cinématiques). Les personnages qui composent le jeu sont intéressants et rudement bien écrits ! J’insiste vraiment sur ce point vu que j’ai été bluffé par la qualité des dialogues en général et par la psychologie des protagonistes. Un dernier point concernant l’ambiance du jeu, l’esprit de l’époque est là. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est tout à fait banal, voir normal d’entendre son coéquipier balancer des propos racistes et sexistes (certains ne vont pas hésiter à le faire à longueur de journée), je ne supporte pas du tout cela mais il faut bien admettre que ça nous plonge encore plus dans l’Amérique des années 40.

L’histoire est très sympathique, je ne vais rien spoiler spécialement si vous êtes l’un des rares chanceux à ne pas s’être fait spoiler la fin, profitez de ce récit bien écrit et cohérent.

Malheureusement, le jeu n’est pas parfait. Tout d’abord le fait de ne pas pouvoir arrêter quelqu’un en lui tirant dans les jambes est pour moi un oubli assez énorme, comme dit plus haut. Aussi, le jeu est assez lent à démarrer et il m’a fallu un peu de temps avant d’être vraiment transporté. Les enquêtes sont parfois un peu répétitives, de même pour les délits. La conduite peut paraître insupportable au début, mais on s’y habitue malgré ses imperfections. En dépit de supers dialogues, lorsque Phelps prend le téléphone le début de la conversation est TOUJOURS le même, c’est très saoulant à force. Techniquement, il arrive que le jeu souffre de quelques ralentissements lorsqu’il y a trop d’action à l’écran, quelques bug peuvent survenir, comme traverser la map en tombant dans un trou avec sa voiture (true story) et j’ai eu le droit à un bon freeze (ça peut arriver même aux meilleurs jeux…).

Malgré quelques défauts, L.A Noire reste un jeu d’exception, proche du chef d’œuvre qui ne manquera pas de faire plaisir aux gamers et aux amateurs de « nouvelles expériences » car il faut bien le dire : L.A Noire est un jeu plutôt original, pleins de bonnes idées et qui nous plonge dans un univers envoutant.